You are currently viewing La France cherche des médecins à l’étranger

La France cherche des médecins à l’étranger

Un émissaire gouvernemental français chargé d’aller chercher des médecins à l’étranger

Par Michel Jurus, président de l’association ALFAPSY, février 2024


Le 30 janvier, le Premier ministre a annoncé la nomination d’un émissaire chargé d’aller chercher des médecins à l’étranger qui voudraient exercer en France. Cette nomination viendrait du constat que nos compatriotes ne trouvent pas suffisamment de médecins par suite de la désertification médicale de la France (pourtant programmée par l’État) et par la saturation de nos hôpitaux.
Cette déstructuration du système sanitaire français est basée sur une volonté délibérée de réduire l’offre et le cout du soin ce qui entraine une baisse de la qualité.


Dans cette volonté d’une médecine dévalorisée, l’emploi de médecins étrangers, formés dans leurs pays, est une piste privilégiée. Ainsi le Premier Ministre promet d’accorder des titres de séjour pérenne à tous les médecins étrangers qui exercent en France car leur sort était suspendu depuis la loi immigration. Il serait trop bête de renoncer à des médecins dont nous n’avons pas payé les études et qui sont sous payés en France.
Ainsi, cet émissaire va contribuer à piller des pays qui perdent leurs médecins qui seront sous payés en France.
Au nom du principe de l’égalité, les questions de qualification ne doivent pas bloquer les salaires, car cela devient un prétexte de plus en plus scabreux pour exploiter nos confrères étrangers. Il est à noter que certains pays de la Communauté Européenne forment mal ou vendent des diplômes de médecins ce qui participent, aussi, à la dégradation des soins en France.


Il faut imposer à travail égal, salaire égal. Les faisant fonction d’interne doivent être payés comme des internes et les Médecins étrangers comme des praticiens hospitaliers. En médecine libérale, la question de se pose pas car lorsqu’ils arrivent sur le marché, ils ont déjà été suffisamment exploités par notre république. Des syndicats de médecins défendent l’égalité des salaires mais ils ne sont pas majoritaires.
Cette pratique égalitaire devrait calmer les ardeurs de l’État d’exploiter nos confrères.
Pour l’instant, les calculs cyniques et mercantiles sont au pouvoir.

Michel Jurus, président d’Alfapsy International

Laisser un commentaire